Fabricants et batteurs d'huile

Hugues Labar

Mise en ligne 10/2/2003
avec l'aimable autorisation du Cercle d'Histoire et d'Archéologie du Pays de Genappe asbl


L'article qui suit concerne une activité aujourd'hui disparue à Genappe : la fabrication d'huile.

Autrefois, quand les moyens de transport n'étaient pas ce qu'ils sont de nos jours, tout produit nécessaire à l'activité humaine devait être confectionné localement.
Jusqu'à la fin du XIXe s., on trouvait donc à Genappe des fabricants ou faiseurs d'huile (les patrons négociants) et des batteurs d'huile (les ouvriers).
Ce vocable de « batteur d'huile » semble être propre au Brabant wallon, mais il décrit bien l'activité de l'ouvrier en question; en effet, les dictionnaires français font plutôt mention du terme « tordeur d'huile ».
Si les moulins étaient généralement destinés à moudre des céréales, parfois à battre le fer ou à scier des grumes, d'aucuns servaient aussi à produire de l'huile. On parlait alors de « tordoir à huile », car on y tordait et broyait les graines oléagineuses pour en extraire l'huile. Qu'il soit mû par le vent ou par l'eau, l'arbre moteur, dans ce cas, n'entraîne pas seulement des meules, mais aussi des presses, des agitateurs, des courroies et des pilons retombant dans des mortiers. Des cames placées sur l'arbre moteur levaient et libéraient alternativement les pilons. Une véritable usine miniature !
Le procédé décrit ci-après est celui utilisé dans les tordoirs à vent du Hainaut occidental et du Nord de la France 1 et il n'y a pas de raison que la technique ait été différente en Brabant.

 

Les tordoirs à huile

Les graines étaient d'abord écrasées entre les chants de deux meules. Elles étaient ensuite pressées, puis placées dans les cavités (mortiers) d'une série de pilons. Il en résultait une pâte qui était chauffée, puis placée dans des sacs en grosse toile et de nouveau pressée par des pilons. L'huile s'écoulait alors à travers l'enveloppe du sac.
Les graines suivantes étaient utilisées : lin, oeillette, navette, camomille, cameline et chènevis. Toutes ces huiles pouvaient servir à fabriquer du savon. L'huile de lin était surtout utilisée dans la fabrication de peinture, de vernis et de mastic. Le colza servait à l'éclairage et l'oeillette... faisait dormir les bébés. Le résidu, appelé « tourteau », de la forme d'un gâteau sec, était utilisé comme engrais ou nourriture pour les bestiaux.

 

À Genappe

À Genappe, en 1403 déjà, il existait en amont du moulin du duc (ou Grand Moulin) un « estordoir », qui appartenait au domaine et était affermé moyennant 9 sous de gros par an.
On sait également qu'en 1504 et 1505, on ajouta au Grand Moulin une troisième roue pour fouler le drap et un moulin à fabriquer de l'huile, d'après un modèle exécuté par le charpentier Martin de La Fontaine qui entreprit la construction de ces annexes pour la somme de 22 livres 2.
En 1856, deux pressoirs à huile fonctionnaient : celui d'Edmond Bouqueau, situé rue de Mons (actuelle rue Berger) au carrefour avec la rue de France, et celui de Théophile Wauthier, ruelle des Ecoliers. 3  Tous deux étaient étroitement liés aux deux moulins alors en activité, lesquels réalisaient pour eux la première opération d'écrasement des grains.

 

Le pressoir Bouqueau

Edmond Bouqueau (°Genappe 22.7.1819 - †Genappe 21.7.1886) n'était autre que le beau-frère 4 de Gustave Modeste Demanet (°Loupoigne 22.6.1816), l'exploitant de l'ancien moulin Camusel sur la rive droite de la Dyle, en amont du pont. Ce moulin, érigé en 1779, fut construit à l'origine pour platiner le fer, mais rapidement transformé en papeterie, avant d'être reconverti en meunerie. L'huilerie Bouqueau ne semble pas avoir fonctionné bien longtemps, quatre ou cinq ans sans doute. En 1854, à son mariage, l'officiel de l'état civil attribue à Edmond Bouqueau la profession de cultivateur ; il en est de même lors de la naissance et du décès de son fils Gustave (°Genappe 10.3.1860 - †Genappe 31.10.1879), ainsi qu'à son propre décès, survenu à son domicile rue de Mons ; il se déclare batteur d'huile seulement à la naissance de sa fille Julia (°Genappe 15.9.1855) et apparaît comme propriétaire d'une huilerie sur l'atlas cadastral établi par Popp vers 1858.

Les Wauthier

L'autre fabricant de 1856, Théophile Wauthier (°Genappe 14.3.1811 - †Genappe 28.7.1888) 5, en bon négociant qu'il devait être, avait réalisé une petite « intégration industrielle » puisqu'il était également propriétaire du Grand Moulin et d'une savonnerie située ruelle des Ecoliers, un peu plus loin que l'huilerie. C'était un notable de la ville, conseiller communal de Genappe de 1836 à 1855 et de 1859 à 1867.
Son père Melchior François Joseph Wauthier (°Loupoigne 13.2.1773 - †Genappe 14.5.1835) 6, produisait déjà de l'huile en 1826. Son ancienne enseigne en bois était conservée au musée du Cercle d'histoire et constitue un remarquable témoignage des activités commerciales et industrielles de jadis. Le tracé de cette enseigne dû au talent de Benoît Clarys, membre actif du Cercle est fourni ci-après.

enseigne-huilerie

Sur ladite enseigne, le nom du propriétaire-exploitant (M. F J WAUTHIER) est inscrit sous un dessin des installations.
Sur la droite, un cheval actionne un manège 7, lequel, par un renvoi d'engrenages, entraîne un arbre horizontal supérieur. Celui-ci, comme expliqué précédemment, libère deux pilons. Un ouvrier veille au bon fonctionnement de l'ensemble et à la qualité du battage, d'où le terme de « batteur d'huile ».
C'est par son mariage à Genappe le 8.1.1806 avec Marie Joseph Fievez (°Vieux-Genappe 23.2.1769 - †Genappe 22.6.1830) que Melchior Wauthier devient fabricant d'huile. En effet, Jean Baptiste Fievez (°Vieux-Genappe 12.6.1758), son beau-frère 8, exploitait déjà le tordoir en 1796 9.

 

Ouvriers batteurs d'huile actifs à Genappe au début du 19e siècle

Les documents d'état civil contenus dans le Fonds Henri Martin, conservé au Cercle d'histoire, ont permis de retrouver quelques ouvriers batteurs d'huile actifs au début du XIXe s. La plupart provenaient de Baisy-Thy, voire Loupoigne. Il leur suffisait de descendre la chaussée pour rejoindre leur lieu de travail le long de la Dyle.
Corneille Vandeuren (°Anvers 4.8.1780 - † Genappe 30.8.1832) était déjà batteur d'huile en 1807, comme en atteste son acte de mariage avec Marie-Françoise Charlier à Genappe le 25.3.1807, et il exerçait toujours cette profession en 1824.
Pierre-Joseph Somville (°vers 1800) exerce la profession de « batteur d'huile » en 1836 et son frère Henri Louis (°Baisy-Thy 8.6.1816) est cité comme « batteur d'huile » dans son acte de mariage en 1842. Il épouse cette année-là, le 30 août à Baisy, la fille d'un cultivateur de ce village, Constance Gilbert, née à Loupoigne le 21.2.1814.
Florentin Jonet (°Baisy-Thy 16.7.1818) travaille dans une huilerie en 1841. Paul Joseph Ginion (°Baisy-Thy 2.3.1821) exerce la même profession lors de son mariage le 1.12.1855 avec Hortense Bourmack. Jean Jacques Santerre (°Loupoigne 29.5.1809) était également batteur d'huile en 1844.
Un autre fabricant d'huile apparaît à Genappe au recensement de 1796 : Martin Wausor (°Mellery vers 1745 - †Genappe 8.6.1797) 10 qui avait épousé Marie Thérèse Wilmet (°Mellery 1764) à Baisy le 26.4.1785 et était déjà qualifié de « marchand et faiseur d'huile à brûler » à son mariage 11. Il reprit en arrentement le moulin à huile de Genappe en 1792.
Comme on le constate, la plupart de ces personnages sont cités comme batteurs d'huile au cours de la période 1790-1860, ce qui laisse supposer la fin de cette activité à Genappe vers 1870. Ainsi, Théophile Wauthier cesse ses activités de meunier entre 1872 et 1876 12 et son fils Alix ne reprend pas les activités : il devient géomètre.

 


 


NOTES

[1] À Mouscron, une entreprise a conservé comme emblème sur ses pots de savon noir à l'huile de lin la silhouette du moulin à vent familial. Au XIXe s., on dénombrait pas moins de 200 tordoirs autour de Lille;  l'un d'entre eux, conservé par le Musée des moulins, fonctionne à Villeneuve-d'Ascq. - retour au texte
[4] Il avait épousé à Genappe, le 25.4.1854, Godelieve Demanet (°Loupoigne 20.2.1819 - †Genappe 29.7.1904) - retour au texte
[5] Il s'agit du grand-père de Théophile Wauthier (°Genappe 28.10.1894 - †Genappe 30.9.1918), étudiant à Louvain, qui rédigea un travail historique sur le séjour de Louis XI à Genappe, document publié par le Cercle d'histoire et d'archéologie du pays de Genappe en 1992 dans son Cahier n°2, intitulé Louis XI, Histoire et littérature. - retour au texte
[6] Le père de Melchior Wauthier, Jean Baptiste, était censier à Loupoigne. - retour au texte
[8] Jean Baptiste et Marie Joseph étaient les enfants d'Henri Fievez et de Marie Theys, censiers de Passavant (Vieux-Genappe) - retour au texte


Cet article a été publié dans Le Lothier roman, « Métiers d'antan », Revue d'histoire publiée par le Cercle d'histoire et d'archéologie du Pays de Genappe, trimestriel, 2-3, 2002, p. 28 à 35.
Sommaire : Augustin Legrelle et ses fils, blanchisseurs de toiles à Baisy, Les Bourreliers - Les « châtreurs » de Baisy-Thy - Couvreurs en paille - Fabricants et batteurs d'huile - Les Fagotiers - Le Lampiste... ! - Maréchaux-ferrants - Passementiers et passementières - Scieurs de long - Les taillandiers - Les tisserands - Activités du cercle - Publications.
Abonnement et rédaction Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , 14 euros/an (4 numéros) au 732-3221057-29. - retour au texte

 


 

 

BIBLIOGRAPHIE.

  • [2] Tarlier, Jules et Alphonse Wauters, Géographie et histoire des communes belges. Canton de Genappe, Bruxelles, A. Decq, 1859, p.2 - retour au texte
  • [3] Gilson, Jules, Genappe à travers les âges, Luttre, F. & N. Dantuinne, 1969, p. 85 - retour au texte
  • [7] Pour plus d'information sur les manèges à cheval, voir Mevisse, Jean, Les manèges dans Le Lothier roman, 1995, n°1, p.35-45. - retour au texte
  • [9] A.G.R. Administration centrale du Département de la Dyle, n° 3533 à 3545, Listes nominatives de la population (an IV) - retour au texte
  • [10] A.G.R. Administration centrale du Département de la Dyle, n° 3533 à 3545, Listes nominatives de la population (an IV) - retour au texte
  • [11] A.G.R., Greffes scabinaux de Nivelles, 5472 - retour au texte
  • [12] Taminiaux, Joël, Canton de Genappe - Liste des 797 électeurs pour la formation des Chambres Législatives 1868 à 1884, s.d. - retour au texte